Logo du magasin Tandem surmonté du drapeau suisse
Un vélo électrique qui roule
DSC_0011
26 janvier 2020

Train et vélo électrique, une magnifique combinaison

A vélo dans le train

Je suis parti un peu en avance aujourd’hui afin de me rendre au guichet de la gare d’Aigle. J’ai de la chance, il n’y a personne en file d’attente, et on s’occupe rapidement de moi.

« Bonjour Monsieur, je souhaite acheter un passeport vélo valable 1 an s’il-vous-plait »

« Très bon choix, je vous fais cela de suite »

Quelques minutes plus tard, et pour la somme de 240.-, me voici autorisé pendant une année à transporter un vélo avec moi à chaque fois que je monterai dans un train, un bus ou un bateau en Suisse!

Cette solution me semble idéale, désormais je ne me poserai plus la question de prendre mon vélo avec moi ou pas dans le train. Il y a quelques années, j’avais essayé une autre solution: un vélo à Aigle, un autre à Lausanne, deux gros cadenas autour de chaque vélo pour être sûr de les retrouver à mon retour. Malheureusement, ce ne fut pas toujours convaincant, et ma crainte de ne pas retrouver mon vélo en bon état fut même un jour transformée en réalité, malgré les bons cadenas. Mais désormais, grâce au passeport vélo, mon fidèle destrier sera toujours dans le train avec moi: plus de soucis!

Le sésame acheté, me voici déjà dans le train pour Lausanne. Le contrôleur arrive: « Bonjour, contrôle des smartphones s’il-vous-plait ». Je me réjouis d’entendre que ce chef de train soigne sa bonne humeur et prend les évolutions technologiques du bon côté. En lui montrant le code QR sur mon smartphone, je précise : « J’ai un vélo avec moi. Je viens de souscrire au passeport vélo, juste avant de monter dans le train. »

Sa réponse me surprend: « Oui, bien sûr, je vois cela, c’est affiché juste ici. Il est lié avec votre Swisspass, tout est en règle. La validation se fait en quelques secondes après votre achat au guichet. » Wow, ça fonctionne, et c’est très agréable. « Merci Monsieur et belle journée! »

Je peux donc profiter du voyage en train pour préparer ma journée, répondre à quelques emails, puis me reposer en regardant le paysage défiler.

Une plaisante légèreté

Arrivé à Lausanne, je récupère mon vélo au bout du wagon et descends sur le quai. C’est un réel plaisir d’avoir fait le choix du BMC Alpenchallenge AMP City LTD. Ce vélo possède en effet une qualité qui fait mon bonheur dans cette combinaison train/vélo: son poids plume dans le monde des vélos électriques. Avec un peu moins de 17 kg tout en étant équipé de garde-boues et de lumières fixes, il ne se fait presque pas sentir au moment de sortir du train.

La batterie est placée verticalement juste au-dessus du pédalier, ce qui équilibre à merveille le centre de gravité. Facile à soulever, il permet d’appréhender les escaliers de la gare sans crainte.

Au bas des escaliers, j’enfourche mon vélo. Le moteur Shimano E-8000 est parfait au démarrage, il aide mes jambes sans donner d’à-coup trop brutal. Le poids minimal du vélo combiné avec le très bon moteur Shimano amène très vite de belles sensations. Il est facile d’accélérer et le mode 1 (ECO) suffit pour bien entrainer le vélo. Je suis rapidement aux 25 km/h qui marquent la fin de l’aide du moteur, et tout se fait en douceur. Une fois lancé, je peux facilement pousser sur les pédales pour me retrouver à 28-30 km/h, utilisant ainsi la seule force de mes jambes tant que la route est plate. La légèreté de ce vélo le permet.

En montée, le moteur montre toutes ses capacités, et me permet de garder une vitesse constante, proche des 25 km/h. Je peux jouer avec les modes 2 (TRAIL) et 3 (BOOST) en cas de besoin, et le vélo trace sa route avec facilité. Je me sens comme un champion du Tour de France, la sueur en moins!

L’équipement du vélo est très bon: des freins à disque hydrauliques efficaces et silencieux, et une large palette de vitesses qui se changent rapidement (dérailleur 11 vitesses). La selle BROOKS Cambium C17 All Weather me surprend très agréablement par sa simplicité et son confort. C’est assez fou de penser que BROOKS produit des selles depuis 1866 et demeure la marque de référence dans ce domaine si essentiel pour notre lien émotionnel avec le vélo! Mon postérieur adopte très vite cette Cambium ! 😉

Pour l’instant, j’ai décidé d’utiliser un sac à dos pour rouler avec ce vélo. Il sera tout à fait possible dans un deuxième temps de l’équiper d’un porte-bagage et d’y accrocher une sacoche imperméable ORTLIEB. Mais en attendant, je fais attention à ne pas trop remplir mon sac à dos et il fait très bien l’affaire.

Au final, le seul accessoire ajouté sur le vélo est un cadenas pliable haute sécurité ABUS Bordo fixé sur le tube du cadre, afin d’avoir toujours une solution de sécurité fiable et solide à portée de main.

Et c'est reparti!

Dans l’après-midi, je me rends à La Tour-de-Peilz avec le train. Youpie, me revoilà quelques minutes sur mon vélo, le temps de rejoindre à nouveau la gare de Lausanne. C’est le sourire aux lèvres que je porte mon vélo jusque sur le quai, et je trouve facilement une porte munie de l’autocollant « VELO ». Le système d’accroche dans le train est simple d’utilisation, et je suspend la roue avant de mon vélo au crochet vissé au plafond, avant de rejoindre mon siège.

Le trajet passe vite, et me voici à nouveau sur mon vélo, traversant la ville de Vevey jusqu’à La Tour-de Peilz, profitant pleinement de cette manière rapide et plaisante de se déplacer. J’ai beaucoup de plaisir à rouler sur ce vélo: je sens que j’ai fait le bon choix et que cette combinaison train/vélo va m’apporter plein de petits instants de bonheur et de sentiment de liberté qui n’ont pas de prix.

Retour à la maison

Plus tard, la fin de journée est arrivée, et me voici prêt à rentrer à la maison. La nuit tombe et je consulte les horaires du train, lorsqu’une idée me traverse l’esprit: « Et si je rentrais à vélo directement? »

J’ai donc deux solutions:
1) 5 minutes de vélo jusqu’à la gare de Vevey, du train jusqu’à Aigle, puis un peu moins de 10 minutes de vélo pour rejoindre mon chez-moi. La solution rapide et facile, testée et approuvée plus tôt dans la journée lors des autres trajets.
2) enfourcher mon vélo et avaler sans m’arrêter les 25 km jusqu’à Ollon sur mon vélo. Avec ce moteur qui permet de maintenir facilement les 25 km/h, j’y serai en une heure.

Cette deuxième solution me tente bien! Ai-je le temps? « Check! » Ai-je l’envie? « Check! » « Ai-je encore assez d’énergie? « Pas grave, si jamais il me suffira de rouler un peu plus tranquille et le moteur comblera le manque d’énergie! » Ai-je encore assez de batterie? « Check! » Les doutes sont vite levés! J’ajoute une lumière supplémentaire sur la tige de selle pour m’assurer d’être ultra-visible pour les voitures qui me suivront, et me voici en route!

L’idée de faire une petite heure de sport en cette fin de journée est très bienvenue. Je ne suis pas un adepte de la course à pied à la pause de midi ou du fitness, et ce ne sera pas possible d’aller faire un tour en VTT ce soir après être rentré. Se bouger sur le trajet boulot/maison est une solution idéale. Je combine ainsi le déplacement professionnel avec le sport, c’est parfait pour se bouger régulièrement sans devoir se creuser la tête.

La « banane » se met vite en place, et la joie de rouler s’installe! Les km défilent assez vite, ce n’est pas du STROMER à 45 km/h mais c’est plaisant. Au final, il me faudra 55 minutes pour rejoindre la maison, et confirmer tout le bien que je pensais de cette selle BROOKS Cambium 😀 et de ce BMC Alpenchallenge AMP.

Conclusion

Après cette première journée, le bilan est déjà excellent! Plus besoin de voiture, cette combinaison vélo/train m’ouvre des portes vraiment intéressantes! Simplicité, rapidité, plaisir, belles sensations, exercice, santé: voici les premiers mots qui me viennent à l’esprit après cette chouette journée. Je me sens d’attaque pour recommencer demain! Et si par hasard les conditions météos devaient changer, il me suffira de m’équiper avec les bons habits et les bonnes protections pour poursuivre dans cette belle direction.

Je vous raconterai 😉

 

____________________

Co-fondateur de Tandem, Léonard est de retour de 9 mois de voyage en famille qui l’ont mené jusqu’en Scandinavie à vélo pendant 5 mois et jusqu’en Asie du Sud-Est en train les 4 derniers mois. Chaque semaine, il vous livre ses impressions sur des sujets liés au monde du vélo sur le blog de tandem.ch.

____________________